Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB)

Texte et Dessins

Images

CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 01
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 02 grande
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 03
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 04
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 05 grande
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 06
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 07 grande
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 08
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 09
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 10 grande
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 11
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 12
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 13
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 14
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 15
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 16 grande
CGA BIOTECHNOLOGIES BLANCHES 17
Lieu Pomacle
Maître d’ouvrage Région Grand Est
Surface 3.100 m2
Budget 5.400.000 €
Programme

Laboratoires de recherche et développement en agro procédés, halle technologique, bureaux, salle de conférence.

Équipe

Celnikier & Grabli Architectes
OTE ingénierie, BET
OTELIO, BET
Climaplus, expertise laboratoire, CVC

Le besoin

À la fois vitrine technologique et centre de recherche pluridisciplinaire dédié aux biotechnologies, aux biomatériaux et à la chimie verte, le Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB) réunit les compétences et expertises scientifiques et techniques de quatre chaires issues d’AgroParisTech, de CentraleSupélec, de NEOMA Business School et de l’Université de Reims Champagne-Ardenne à Pomacle, à proximité de Reims.

Initialement, le projet avait pour objet les agro-carburants. Au cours des études, le thème à évolué, notamment du fait de l’aspect problématique d’utilisation de terre agricole à des fins non alimentaires. Le centre de recherche est maintenant dédié aux agro-molécules, et notamment consacré à la recherche pour la valorisation des déchets végétaux sous différentes formes. Il est composé de laboratoires et de bureaux, ainsi que d’une halle technologique de grande hauteur, permettant de déployer des montages verticaux, ressemblant à des alambics sophistiqués, nécessaires aux étapes de transformation des matières premières végétales.

CEBB RDC mod

Au-delà de ses fonctions de recherche, le bâtiment s’insère dans un site composé notamment d’une usine expérimentale, qui met en application les procédés de transformation mis au jour par les chercheurs.

À ce titre, il accueille des groupes de visiteurs auxquels sont présentées les activités du centre, avant de visiter ses différentes composantes. Il doit être identifiable en entrée de site, alors que sa dimension est nettement plus contenue que les autres bâtiments industriels du complexe.

Le contexte

Le site est effectivement un complexe d’aspect industriel, bien que dédié à la recherche. Le paysage est composé de terres agricoles, en pente douce et uniforme de l’ouest vers l’est. Aucun obstacle ne vient atténuer le vent qui balaye les champs.

CEBB COUPE mod

Intentions et solutions

La fonctionnalité des locaux consiste à donner les meilleures conditions d’espace aux différentes fonctions, et des liens efficaces entre celles qui travaillent ensemble. En l’espèce, la proximité des fonctions deux à deux (la halle avec les labos, les labos avec les plateaux techniques, les bureaux avec les fonctions, le hall avec l’ensemble, …), tout en conservant à chaque partie sa spécificité, est réalisée grâce à la typologie en anneau, autour du patio. Depuis le hall, il est possible d’aller dans chaque partie du centre, sans avoir à traverser une autre zone.

Le bâtiment s’organise autour du patio pour sa performance typologique. Véritable jardin collectif, il offre plus ; un espace pour l’ensemble des équipes, protégé du vent, avec une partie abritée de la pluie. La proximité de la cafétéria, attenante au patio, rythme le quotidien des équipes par des échanges, et des moments de rencontre dans un cadre de qualité.

Plus encore, le patio constitue une extension visuelle depuis le hall principal, pour répondre au second objectif du bâtiment après la recherche, accueillir les visiteurs de l’ensemble du site et communiquer.

Ainsi, la présence du patio permet de doubler ou tripler – s’il est possible de parler ainsi – la sensation d’espace procurée par le hall, pour que l’espace soit adapté à l’accueil de petits groupes. La première impression étant assurée, les présentations des activités se feront naturellement dans la grande salle attenante, avant de parcourir le centre, ou de ressortir visiter le site.

Le CEBB doit accueillir, constituer une vitrine. Pas simple pour un édifice éloigné du point unique d’arrivée des visiteurs, perçu en contre-plongée alors qu’il est de petite dimension par rapport aux autres bâtiments du site. Pour accueillir, le CEBB doit se distinguer, en dépit de sa taille, ou de sa localisation.

La première proposition consiste ici à faire un bâtiment clôture. Plus exactement, le bâtiment se saisit de son enceinte nécessaire pour en faire ses façades d’accueil, qui de ce fait s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres, se projettent au-delà des volumes fermés, pour constituer un signal d’accueil renforcé par l’usage du bois.

La seconde proposition consiste à décomposer la lecture des volumes, pour donner une sensation plus perméable que les volumes posés alentours, et du même coup une sensation plus accueillante. Cet axe de réflexion se traduit par l’utilisation de lignes et de plans, plutôt que de pleins ; les façades-clôtures, mais aussi le toit de l’étage, la tranche du toit terrasse végétalisé…